Nous sommes revenus avec nos visites à Grenade. Nous n’avons pas voyagé dans la capitale nasride depuis longtemps et sommes revenus la semaine dernière. Là, nous avons été surpris par l’automne qui a couvert la forêt de l’Alhambra et toute la ville de bruns et de jaunes.

Lors de notre visite, comme d’habitude, nous avons visité la forêt de l’Alhambra après l’avoir visitée pour atteindre la course de la rivière Darro, puis escalader l’Albayzin pour dire au revoir à la ville depuis les points de vue de San Nicolás et San Cristobal.

La forêt de l’Alhambra est un bel itinéraire d’automne. Il est plein d’arbres à feuilles caduques. Les peupliers, les marrons d’Inde, les baies de sureau et d’autres espèces créent à ce moment une belle couverture de feuilles séchées. La majorité du bosquet de cette forêt est vieille de plusieurs siècles et a même habité quelques spécimens de plus longue durée de vie, en particulier un groupe de peupliers datant du début de l’ère chrétienne, à l’époque de la conquête, ayant près de 500 ans. Dans la forêt de l’Alhambra, on trouve l´sculpture de Washington Irving. Fabriqué en bronze nous montre un Washington Irving qui reflète l’étonnement et l’attente devant la beauté de l’Alhambra. Irving a été l’un des premiers voyageurs romantiques du XIXe siècle qui a été émerveillé par la beauté de la ville palatine et de Grenade. Il a travaillé comme journaliste et a écrit de nombreux ouvrages parmi lesquels Contes de l’Alhambra, considéré comme l’un de ses ouvrages les plus importants en cours de traduction dans de nombreuses langues. Dans cette œuvre, l’écrivain recueille des histoires et des légendes du monument qui lui sont transmises par des personnages de l’Alhambra qu’il a rencontrés en séjournant dans l’une des pièces de l’enceinte. Ici, vous avez un lien vers une vidéo où vous pouvez écouter un livre audio de l’œuvre.

For privacy reasons YouTube needs your permission to be loaded. For more details, please see our Política de Privacidad.
I Accept

Nous continuons notre tour en quittant la forêt de l’Alhambra le long de la Cuesta de Gomerez et nous atteignons la course de Darro qui a également revêtu une couleur spéciale en automne. La course del Darro, est l’une des plus anciennes rues de Grenade, c’était la rue principale de l’ère arabe de la ville et son nom est parce qu’elle traverse la rivière Darro, l’une des rivières de la ville de Grenade. Ce fleuve était très important dans la vie de la Grenade musulmane car il était le fournisseur d’eau de l’Alhambra et du Generalife à travers un réseau d’aqueducs appelé « acequia real ». À travers la course de Darro, nous atteignons le Paseo de los Tristes d’où nous pouvons contempler la figure imposante de l’Alhambra au sommet des forêts qui l’entourent.

Sur le Paseo de los Tristes se trouve le monument à Mario Maya. La sculpture de Mario Maya est un hommage de la ville de Grenade à un grand artiste irremplaçable. Il est très proche de Sacromonte, où il est né et s’est développé en tant qu’artiste. Né à Cordoue en 1937 et mort à Séville en 2008, il était un danseur de renom en plus d’être chorégraphe et compositeur et grand rénovateur de danse flamenco. Il a commencé sa carrière en dansant pour les touristes dans les grottes du Sacromonte où il a passé son enfance.

Après avoir parcouru la course de Darro, nous montons sur l’Albayzin pour terminer notre visite et contempler les belles vues de Grenade depuis les points de vue de San Nicolás et San Cristobal avant de retourner à Séville.